L'avis de... Bei Xu, économiste à Natixis

L'évolution du renminbi ne sera plus linéaire

le 20/03/2014 L'AGEFI Hebdo

Depuis 2005, le renminbi (RMB) s’apprécie de manière linéaire contre le dollar, mais en février, il a été chahuté et en mars, la banque centrale a annoncé un élargissement de la bande de fluctuations *. Pourquoi ?

Il est difficile d’expliquer les mouvements de change de court terme par les fondamentaux économiques ou financiers, idem pour la dépréciation puis la remontée du RMB. Il ne serait pas insensé d’associer ces mouvements à la volonté de la banque centrale, la Banque populaire de Chine, d’introduire des fluctuations dans un mouvement quasi continu d’appréciation qui facilitait jusqu’ici la spéculation. La décision d’élargir la bande de fluctuations va accroître la volatilité du taux de change. C’est un signal envoyé pour expliquer que l’évolution du RMB n’est pas tracée d’avance et qu’elle ne sera plus linéaire mais se fera en dents de scie.

La diminution de l’excédent commercial ou la dépréciation des devises émergentes n’ont pas influé sur la politique de change chinoise…

Un excédent commercial plus faible entraînant moins d’entrées de capitaux est un phénomène récurrent en début d’année. Mais, globalement, les soldes commercial et courant restent nettement positifs et le détail de la balance des paiements indique que les capitaux volatils n’ont pas une importance déterminante. Les entrées de capitaux sont le fait pour 50 % à 70 % de l’accumulation du solde courant. Le reste est issu des investissements directs étrangers (IDE) et des investissements de portefeuille, les plus volatils mais aussi les moins importants. Quant à la baisse des devises émergentes, elle n’a pas d’impact visible tant les parts de marché de la Chine sont énormes par rapport aux autres pays.

Le RMB va-t-il continuer de s’apprécier ?

Oui et pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les autorités chinoises ont la volonté de promouvoir leur monnaie sur la scène internationale. Pour y parvenir, elles doivent garantir et préserver la valeur du RMB. Ensuite, le rééquilibrage de l’économie chinoise vers son marché domestique au détriment des exportations milite en faveur de la poursuite de l’appréciation de la devise. Enfin, en dépit des inquiétudes sur l’activité économique, l’écart de croissance avec les pays développés et les autres pays émergents demeure important. Il est lui aussi favorable à une appréciation. A moyen terme, le RMB conserve son potentiel d’appréciation.

*La bande est de +/-2 % à partir du 17 mars, contre +/-1 % depuis avril 2012.

A lire aussi