L’épargne de précaution, motivation n°1 des Français

le 31/03/2011 L'AGEFI Hebdo

La crise assombrit singulièrement le moral des Français, et leur réponse pour se rassurer face aux inquiétudes économiques et sociales est d’accroître leur épargne de précaution, indique l’enquête 2011 « Les Français, l’épargne et la retraite » réalisée par le Cercle des épargnants, Generali, le Centre d’études et de connaissances auprès de l’opinion publique (Cecop) et l’institut CSA auprès d’un échantillon représentatif de 1.005 personnes. Ils sont 35 % (contre 23 % dans l’enquête 2010) à reconnaître ouvertement vouloir épargner par précaution. Si la préparation de la retraite reste un des deux principaux moteurs de l’épargne, l’acte d’épargner en vue de cet objectif se fait par à-coups et sans logique claire. A la différence des retraites, la dépendance ne constitue pas une priorité forte des Français, sauf bien entendu pour les plus de 65 ans où elle arrive en deuxième position. En la matière, les Français sont partagés entre assurances volontaires et assurances obligatoires, et la moitié d’entre eux se disent prêts (certainement pour 20 %, probablement pour 30 %) à convertir un contrat d’assurance-vie ou un Perp en assurance dépendance.

A lire aussi