L’eldorado suisse en panne

le 29/09/2011 L'AGEFI Hebdo

L’embellie aura été de courte durée. L’an dernier, la place financière helvétique avait gagné 6.000 personnes pour atteindre 142.000 collaborateurs après trois années de stagnation, selon une récente étude de l’Association suisse des banquiers (ASB) et du Boston Consulting Group (BCG). Mais le dynamisme du financement transactionnel de matières premières et les délocalisations de fonds alternatifs sur les bords du lac Léman n’auront eu qu’un effet limité. En juillet et août, le site helvétique jobdirectory.ch a enregistré une baisse de 41 % du nombre d’offres d’emplois bancaires en Suisse, et une chute plus importante encore chez les deux géants locaux Credit Suisse et UBS. Le premier a annoncé cet été 2.000 suppressions de postes dans le monde, dont 500 dans la Confédération. Le second en prévoit 3.500, dont 35 % (soit environ 1.200) dans la gestion de fortune et la banque de détail en Suisse. D’autres mesures pourraient suivre lors de la journée investisseurs d’UBS le 17 novembre. L’ensemble de la place helvétique pâtit d’un décalage entre charges et revenus. Selon le rapport ASB-BCG, la création de valeur par collaborateur n’a cessé de diminuer depuis 2007, passant de 332.000 francs suisses (272.000 euros) en 2007 à 258.000 francs suisses en 2010.

A lire aussi