L’AFG en faveur d’un vote « ex ante » sur les rémunérations

le 23/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Progrès.

A l’occasion de la mise à jour de ses recommandations sur le gouvernement d’entreprise, l’Association française de la gestion financière (AFG) en a profité pour insister sur la nécessité d’inclure plus d’administrateurs libres d’intérêt (au moins 50 % dans les sociétés non contrôlées ou 33 % dans les sociétés contrôlées), mais aussi plus de femmes. L’AFG préconise « une plus grande présence des femmes au sein des comités exécutifs afin de faciliter leur représentation au sein des conseils d’administration ». Autre point souligné, l’AFG estime que l’introduction d’un vote annuel ex post sur la mise en œuvre des politiques de rémunération (désormais recommandée par le code Afep-Medef) n’est pas suffisante. L’association souhaiterait que les sociétés proposent, de façon triennale, à leurs actionnaires, un vote ex ante sur la politique de rémunération. Par ailleurs, favorable au principe « une action une voix », l’AFG souhaite que la pratique des votes doubles, permettant d’accéder au contrôle d’une société avec une détention minoritaire, soit abandonnée. Si un texte visant à généraliser les droits de vote double venait à être adopté, l’association « invite les sociétés à proposer au vote de l’assemblée générale une disposition inscrivant dans leur statut l’égalité des droits de tous les actionnaires ».

A lire aussi