Krach à l'envers

le 31/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Au cimetière des idées reçues gît désormais celle-ci : l’élection d’un président socialiste doit être suivie par un krach obligataire. Or c’est un « krach à l’envers » que vit la France sur les marchés de taux. La semaine dernière, les taux français à 10 ans ont reculé de 31 points de base, ce qui porte à 91 points de base le recul du rendement de l’OAT à 10 ans depuis le début de l’année. Il s’agit largement de la contrepartie de la déroute que les investisseurs apeurés ont infligée aux pays du sud de l’Europe et qui vaut aux taux allemands de flirter avec le zéro absolu. Voilà qui est bien agréable pour le Trésor public. Mais une double considération, moins gaie, s’impose. D’abord la fuite des pays du sud n’est pas enrayée. Ensuite, le retrait des investisseurs internationaux de la zone euro, France comprise, se poursuit, la chute de l’euro est là pour le confirmer. De quoi éviter de s’égarer dans des commentaires trop optimistes.

A lire aussi