Les Islandais lui demandent des comptes

le 08/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Son nom très prononçable pour un patronyme islandais risque de marquer l’histoire. Geir Haarde est en effet le premier chef de gouvernement jugé depuis le 5 mars par un tribunal spécial pour sa gestion de la crise financière qui a gravement ébranlé le pays après la faillite de Lehman Brothers à la mi-septembre 2008. Pour en arriver là, il a fallu une commission d’enquête parlementaire et un rapport de 2.000 pages d’où il résulte que Geir Haarde a mal agi ou pas agi. Et lorsqu’il agissait, c’était avec une « très grave négligence ». Il faut dire qu’avant que tout s’effondre, les bilans bancaires de l’île islandaise représentaient 9 fois le PIB du pays. Un séisme majeur dans ce petit pays pourtant rodé à l’activité tellurique. L’ex-Premier ministre, qui pensait avoir payé son dû en démissionnant en 2009, parle aujourd’hui de « persécution » à son endroit. Il risque deux ans de prison. Une sentence qui constituerait un événement jurisprudentiel.

A lire aussi