Les investisseurs maintiennent la pression sur les frais

le 06/03/2014 L'AGEFI Hebdo

La crise a obligé une grande majorité des hedge funds a revoir leur grille tarifaire. Cela a d’autant mieux fonctionné que l’essentielle de la collecte provient d’institutionnels, très vigilants sur ce point. Finie donc la fameuse règle des 2-20 (2 % de frais de gestion, 20 % de frais de performance) ? Pas totalement. Car les 20 % de frais de performance demeurent largement la norme, selon Preqin. Toutefois, force est de constater que les nouveaux fonds lancés pratiquent des frais de gestion toujours plus bas (1,5 % pour les CTA et 1,55 % pour les autres stratégies). Par ailleurs, les fonds de fonds ont dû également revoir leur copie. Ils factureraient désormais en moyenne des frais de gestion de 1,25 % et de surperformance de 8,18 %. « La pression est constante de la part des investisseurs qui n’acceptent plus un empilement de frais, encore plus aujourd’hui dans l’environnement de taux courts proches de zéro », affirme Cyril Julliard, président d’Eraam, qui voit émerger en multi-gestion une nouvelle structure de frais qu’il appelle all-in. Ce montant de frais fixe, par exemple 2 %, va servir à rémunérer le travail du fonds de fonds, mais aussi les gérants des fonds sous-jacents. « Ce package 'all-in' est une des réponses apportée par l’industrie à la problématique posée par les frais », ajoute Cyril Julliard. Toutefois certains professionnels estiment que si les hedge funds continuent à délivrer de bonnes performances, la question des frais se posera de façon moins aiguë.

A lire aussi