Dossier ETF

Les investisseurs généralisent l'usage des produits indiciels

le 16/02/2012 L'AGEFI Hebdo

Souplesse et simplicité permettent à ces fonds de figurer dans les portefeuilles de tous types, en allocation tactique, voire stratégique.

La forte volatilité des marchés depuis 2007 ou 2008 a représenté un facteur clé de développement pour les ETF (exchange-traded funds) et ce contexte est toujours à l’œuvre. « Les périodes de forte volatilité ont tendance à favoriser l’utilisation d’ETF, indique Laetitia Roche- Hintzy, Amundi ETF institutional sales chez CA Cheuvreux. Ces outils indiciels liquides permettent aux investisseurs de rester dans le marché sans avoir à sélectionner de titres ou même de secteur en particulier dans un contexte incertain. »

En tant que fonds cotés en Bourse, les ETF se prêtent particulièrement bien à des prises de position rapides : le nouveau contexte des marchés ces dernières semaines leur est favorable. « Nombre d’investisseurs utilisent actuellement les ETF pour se repositionner sur les marchés actions après une période de désaffection, note Laetitia Roche-Hintzy. Ces instruments leur permettent de prendre des positions 'pur beta' à faible coût sur des indices 'vanille' comme l'EuroStoxx 50 ou le S&P 500. »

En général, leur souscription facile fait des ETF une bonne solution dans les diverses phases de transition que peut traverser une gestion. Ainsi, qu’ils aient pris leurs gains ou coupé leurs positions pour limiter des pertes, les gérants trouvent avec ces instruments de quoi prendre des paris simples et rapides pour le cash dégagé. « Ils permettent de limiter la décorrélation de leur portefeuille avec une exposition donnée, explique Olivier Paquier, directeur SPDR ETFs pour la France. Cette utilisation n’est pas vraiment nouvelle mais elle est plus intensive. »

Qui plus est, la grande diversité des ETF permet aux investisseurs de compléter leurs expositions ou de réaliser des allocations tactiques, en investissant à plus court terme, sur un scénario précis. « C'est ainsi que nous observons en ce moment des prises de position sur un resserrement des 'spreads' zone euro grâce à notre ETF portant sur les emprunts d'Etat émis par les pays périphériques (Belgique, Espagne, Italie et Irlande), remarque Laetitia Roche-Hintzy. Cette stratégie a performé de près de 15 % depuis les plus bas de novembre dernier. »

Long terme

Reste que l'utilisation des ETF s’effectue de plus en plus sur le long terme. « Il y a quelques années encore, les investisseurs prenaient des paris tactiques à l’aide des ETF, utilisés sur quelques jours ou en investissements satellites dans les allocations, analyse Olivier Paquier. Aujourd’hui, ces instruments sont utilisés sur un plus long terme et leur présence dans les portefeuilles est devenue quasi systématique. »

Le fait est que la simplicité de ces instruments, qui répliquent un marché avec un écart de performance proche de zéro, est prisée par nombres d’acteurs. « En une seule transaction, un investisseur peut accéder à toute la capitalisation mondiale, via un véhicule transparent, indique Olivier Paquier. Un investisseur qui n’a pas d’équipe de middle ou de back-office importante peut investir sur un ETF en un coup de téléphone à son courtier habituel et, une minute après, recevoir la confirmation que son ordre a été exécuté, sans avoir eu besoin de signer un contrat avec un émetteur puisqu’il s’agit de fonds cotés en Bourse. » De quoi intéresser gérants de fortune, de caisses de retraite ou trésoriers d’entreprise. De même, les due diligence sont plus simples à réaliser pour les ETF que pour les fonds classiques, s’agissant seulement d’analyser les aspects opérationnels, techniques et de mise en œuvre et non d’effectuer une analyse crédit. Un mode opératoire qui convient bien aux organismes privilégiant une approche méthodique et prudente.

A lire aussi