Les investisseurs convertis aux obligations convertibles

le 27/09/2012 L'AGEFI Hebdo

De même que les dettes high yield et émergentes, les obligations convertibles sont une classe d’actifs qui monte. Elle monte non seulement en termes de performances (meilleure performance toutes classes confondues sur 15 ans avec une volatilité de 8 %), mais également d’intérêt de la part des investisseurs. Ces derniers apprécient son caractère convexe lié à la structure hybride de l’instrument (taux et action) qui en font un produit tout terrain capable d’amortir les baisses de marché tout en profitant des hausses. Un profil très apprécié en ces temps de forte volatilité. « Cette classe d’actifs est en majorité détenue par des OPCVM, des fonds de pension ou des assureurs », relève Fitch dans une étude sur les fonds d’obligations convertibles. En France, l’Erafp (Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique) devrait prochainement annoncer le résultat d’un appel d’offres sur cette catégorie de fonds. Des ombres au tableau toutefois, une faible liquidité et un marché primaire étroit, selon les analystes de Fitch. Côté liquidité, le retour, ces derniers mois, de hedge funds sur la thématique pourrait apporter de l’activité. De même, le marché primaire semble s’être rouvert en Europe début septembre avec 3 milliards d’euros émis sur huit opérations, contre 5 milliards seulement au premier semestre. Un démarrage en trombe qui doit désormais se transformer en tendance pour donner un peu de carburant aux fonds spécialisés.

A lire aussi