L'avis de... Victoire de Trogoff, gérante de Fidelity Europe

« Investir en zone euro fait toujours sens malgré son entrée en récession »

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Comment réalisez-vous de la performance sur les marchés actions européens ?

Grâce au choix des valeurs. En théorie, l’idéal est d’être à la fois capable d’anticiper la direction des marchés, la zone géographique, les secteurs d’activités porteurs, l’évolution des devises, de choisir le style de gestion adapté à l’environnement et de sélectionner les entreprises cotées performantes... Or nous savons bien qu’il est impossible d’exceller dans tous ces domaines à la fois ! Aussi, mieux vaut rester pragmatique en se concentrant sur ce que l’on sait faire le mieux. En l’occurrence, l’analyse du modèle de développement des sociétés et de leur valorisation, en nous appuyant sur une recherche interne d’une cinquantaine d’analystes financiers pour les seules valeurs européennes. Qui plus est, ce qui prévaut sur les marchés financiers, c’est la réalisation des bénéfices par rapport aux attentes et non la croissance en valeur absolue. C’est pourquoi investir en zone euro fait toujours sens et ce malgré son entrée en récession. D’ailleurs, l’une des meilleures performances de mon portefeuille est Iliad, positionné à 100 % sur le marché domestique français, pourtant réputé morose.

Quelles valeurs sont les plus prometteuses ?

Je suis en quête de trois types de valeurs. Le premier groupe de sociétés dans lesquelles j’investis est composé de celles dont le retour sur capital employé (ROCE) est élevé mais dont le marché sous-estime la durabilité. C’est le cas de Dassault Systèmes ou de Rolls-Royce qui sait coupler la vente de moteurs d’avions avec celle de services de maintenance. Je choisis aussi des valeurs en redressement dont le rebond sera plus rapide qu’attendu par le marché. L’industriel Johnson Matthey fait partie de ce groupe : malgré une tendance négative aujourd’hui en raison de la baisse de la production automobile, son chiffre d’affaires dans les pots d’échappement devrait bientôt profiter de la nouvelle réglementation effective en 2014, destinée à contrôler les émissions. La troisième catégorie d’entreprises ciblées est celle des sociétés bénéficiant d’initiatives internes favorables à une progression du ROCE supérieure à celle attendue par le marché. C'est par exemple le cas de Carrefour dont la nouvelle équipe dirigeante est en train d’appliquer une stratégie de développement plus créatrice de valeur.

La politique de distribution de dividendes est-elle primordiale ?

Non. La politique de distribution de dividendes n’est pas l’élément qui dicte la sélection. Mais j’investis dans des entreprises qui auront le potentiel d’en verser de façon substantielle.

A lire aussi