OPCVM

Invesco AM s’octroie la première place de l’amLeague en actions euro

le 13/03/2014 L'AGEFI Hebdo

Belle remontée

A la force du poignet, Invesco AM s’est hissé, en 2013, de la septième à la première place sur le podium de la compétition amLeague dans le mandat actions euro. La société de gestion décroche également la deuxième position en actions Europe. Ce classement oppose des gérants dans différentes catégories d’investissement, dont les actions euro, les actions Europe, les actions monde et la gestion diversifiée, définies comme des mandats, les sociétés de gestion étant sur un pied d’égalité.

Prime au beta 

Plus qu’en 2012, l’exposition au marché a été payante. Les mandats les plus performants affichent, le plus souvent, des beta supérieurs ou proches de 1. C’est le cas, en actions euro, d’Invesco (beta de 1,02), d’AllianceBernstein (1,03) ou d’ING IM (0,98). Sur la deuxième marche du podium, Roche-Brune AM fait exception avec un beta de 0,82 mais une performance annuelle de 7 points inférieure à celle des gérants d’Invesco. Outre un beta proche du marché, ces derniers génèrent le plus d’alpha parmi les compétiteurs en actions euro. Toutefois, moins de la moitié des compétiteurs arrivent à battre l’indice de référence (l’EuroStoxx net return : +23,7 %). Huit dégagent même un alpha négatif.

Difficile de battre l’indice

Même constat pour le mandat en actions Europe dans lequel 10 concurrents sur les 23 inscrits réussissent à battre l’indice. Dans cette catégorie, une gestion française est à l’honneur : BNP Paribas IP, grâce à Theam. Le gestionnaire arrive premier devant Invesco et AllianceBernstein et, une fois encore, Roche-Brune. C’est à nouveau la directionnalité qui fait la différence. Hormis Invesco, leur beta est supérieur ou proche de 1. A l’inverse de l’équipe en charge du mandat actions euro, celle responsable de la stratégie actions Europe chez Invesco affiche une exposition au marché moins importante (0,79). Sa volatilité est aussi nettement moins élevée (10,3). C’est dans sa capacité à générer de l’alpha qu’elle fait la différence. Invesco arrive encore numéro 1 sur la base de ce seul critère.

Performance irrégulière

Si les gérants ont du mal à faire mieux que leur benchmark en actions euro et Europe, c’est encore plus vrai sur un univers global. Seuls 4 sur 12 y parviennent. AllianceBernstein décroche la première place avec un beta de 1 et la génération d’alpha la plus élevée. En gestion diversifiée, le palmarès est totalement revisité avec CCR AM en tête du mandat avant Vivienne Investissements et Ecofi Investissements (numéro un en 2012). Numéro 2 l’année précédente dans cette catégorie, Allianz GI est la lanterne rouge en 2013 avec une performance négative, soulignant la difficulté à délivrer une performance régulière dans la durée.

A lire aussi