Une influence controversée sur les marchés

le 30/06/2011 L'AGEFI Hebdo

« La montée en puissance de la gestion passive (…) pose un certain nombre de questions, dont la plus importante est certainement celle concernant le mécanisme de formation des prix, le caractère mécanique des flux de placements pouvant conduire à une détermination des prix déconnectée des fondamentaux et à l’auto-alimentation de phases de hausse et de baisse sur les valeurs » : telle est l’une des mises en garde publiées fin mai par l’Autorité des marchés financiers dans le cadre de sa Cartographie des risques 2011. A l’inverse, selon Felix Goltz, chercheur à l’Edhec, « plusieurs études empiriques ont démontré que l’introduction d’ETF (‘exchange-traded funds’, NDLR) améliore la liquidité du marché sous-jacent de leur indice, mais aussi l’efficience des prix ». Pourtant, la Banque centrale européenne (BCE) craint aussi que « les flux de capitaux sortants des ETF de matières premières (la BCE parle en effet d’ETF…) créent des distorsions de marché et une croissance de la volatilité des prix » (Revue de stabilité financière, juin 2011). L’impact des seuls ETF doit cependant être relativisé. Ainsi, BlackRock, le plus grand acteur dans ce métier, gère 2.100 milliards de dollars en indiciel, dont « seulement » 600 milliards via des ETF.

A lire aussi