L’avis de… Philippe Toledano, gérant allocation globale de Natixis Asset Management

« Il n’y a pas de mauvaises innovations »

le 26/09/2013 L'AGEFI Hebdo

Que pensez-vous de l’émergence des stratégies dites de « smart beta » ?

Elles représentent une véritable alternative aux indices de capitalisation. Les trackers adossés à ces indices revisités présentent un intérêt certain, notamment pour les investisseurs de petite et moyenne taille qui n’ont ni les compétences, ni les moyens de bâtir, en direct, une allocation de portefeuille diversifiée. Le succès rencontré n’était pas évident à anticiper, car nous nous situons assez loin de l’utilisation que les institutionnels avaient de l’ETF (exchange-traded fund, NDLR) : la captation du beta du marché dans le cadre d’une construction du portefeuille par briques.

Cette industrie vous paraît-elle déraisonnablement innovante ?

Il n’y a pas de mauvaises innovations dans le sens où la création d’ETF colle aux cycles macroéconomiques et financiers. Ainsi, ces deux dernières années, nous avons vu émerger en nombre les trackers obligataires, tandis que les produits de basse volatilité faisaient leur percée. Je saluerai particulièrement les efforts réalisés par les promoteurs de fonds cotés dans l’accessibilité donnée aux investisseurs d’une information plus fournie sur la composition des produits proposés.

Quels sont les points d’amélioration à apporter ?

L’an dernier et cette année, nous avons observé un grand nombre d’opérations réalisées de gré à gré qui ne faisaient pas ressortir, en temps réel, le prix de la transaction. En somme, ces achats/ventes de parts d’ETF n’étaient pas révélés à l’ensemble des investisseurs. Il est urgent selon moi que les maisons de gestion s’organisent afin que l’ensemble des passages d’ordres s’opèrent sur une place cotée ! Tous n’y adhèrent pas, franchir le pas constituerait une nouveauté pour eux. Enfin, en qualité d’utilisateur de ces produits, il me semble indispensable de réaliser une veille sur tous les trackers en portefeuille. En raison d’une concurrence accrue entre les acteurs, on assiste à des mouvements de collecte et décollecte assez forts. Ce qui rend le cycle de vie des ETF parfois plus court que celui des fonds d’investissement non cotés. Au-delà des performances dégagées, il s’agit de vérifier régulièrement l’actif sous gestion de ces produits.

A lire aussi