Golfe : des fonds souverains opulents

le 19/09/2013 L'AGEFI Hebdo

Abondance. Le rapport mensuel de septembre de la Gulf Investment Corporation’s (GIC) sur les marchés dévoile quelques nouvelles données concernant les actifs gérés par les fonds souverains du Golfe. Ceux-ci excèdent largement les engagements gouvernementaux dans tous les pays du Gulf Cooperation Council (GCC) à l’exception de Bahreïn. A fin 2012, les actifs des fonds souverains des économies du Golfe atteignaient 1.600 milliards de dollars, en hausse de 67 % par rapport aux 980 milliards de 2007. Ces actifs représentent aujourd’hui 107 % du PIB global du GCC, à comparer à 105 % en 2007. Cette montée en puissance s’explique par l’accumulation de réserves de change et d’actifs étrangers. En net, ces derniers « pourraient atteindre 2.100 milliards de dollars, l’équivalent de 132 % du PIB de l’ensemble de la zone, peu dotée en dette externe », estime le rapport du GIC. Quant aux réserves officielles de la région, elles pourraient croître de 15 % entre 2012 et 2013, passant de 792 milliards à 912 milliards de dollars, avant de s’élever à 1.000 milliards en 2014. De fait, les ratios de couverture d’importation par les réserves de change dépassent largement les 3 mois, à l’exception de celui des Emirats Arabes Unis (EAU), de 2,7 mois. Le ratio du Bahreïn est de 4,6 mois, celui d’Oman de 6 mois, celui du Qatar de 10 mois, celui du Koweït de 12 mois, et celui de l’Arabie Saoudite de 55,6 mois !

A lire aussi