Girouette

le 27/01/2011 L'AGEFI Hebdo

C’est bien connu : il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Zélateur du double dip et ardent défenseur de la thèse de la dépression économique au point d’en devenir le porte-étendard, l’économiste Nouriel Roubini vient de tourner casaque. En septembre, il se répandait dans la presse pour annoncer la rechute des économies américaine et européennes en récession, la mise en faillite de plusieurs Etats européens, etc. Sa dernière sentence de janvier est tout autre. « Une reprise forte n’est pas exclue », se répand-il aujourd’hui dans les journaux. Les observateurs new-yorkais avaient raison. Il y a quelques semaines, Nouriel Roubini est revenu sur le marché immobilier en se portant acquéreur d’un bien de grande valeur. Le Tout-New York avait alors compris que l’augure avait changé d’opinion.

A lire aussi