Le G20 a encore du pain sur la planche

le 24/02/2011 L'AGEFI Hebdo

Première étape. Les ministres des Finances du G20, réunis à Paris les 18 et 19 février, se sont difficilement mis d’accord sur des indicateurs pour mesurer les déséquilibres économiques (dette et déficits publics, taux d’épargne et endettement privés, balance commerciale, flux nets des revenus d’investissement et des transferts, en tenant compte du taux de change, des politiques budgétaire, monétaire et autres). Ils doivent désormais s’entendre, d’ici à avril, sur des « lignes directrices indicatives », sans établir de cibles, pour les utiliser. Sur cette base, le Fonds monétaire international évaluera, pour la réunion d’octobre, les progrès réalisés et proposera un plan d’action. En parallèle, le G20 Finances doit aussi s’atteler à la réforme du système monétaire international et à la régulation des marchés de matières premières.

A lire aussi