Rencontre avec... Olivier Marquet, directeur général de la Banque Triodos Belgique

« La France dispose d’importants atouts »

le 12/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Spécialisée dans le développement durable, la banque Triodos a financé plus de 300 projets d’énergie renouvelable en Europe, dont 171 parcs éoliens et 98 centrales solaires. Comment ?

La banque Triodos a été créée en 1980 aux Pays-Bas, puis elle a ouvert des succursales en Belgique, en Grande-Bretagne, en Espagne et en Allemagne. Au total, plus de 350.000 clients disposent d’un compte chez nous. Avec leur épargne, nous octroyons des crédits à des projets de développement durable. En 2011, nous avons augmenté ces crédits de 33 % à 2,8 milliards d’euros, qui sont consacrés en grande partie à des projets d’énergie renouvelable en Europe. D’autre part, nous finançons aussi des projets éoliens ou solaires via nos fonds d’investissement spécialisés dans les énergies renouvelables. Notre fonds Ampere Equity gère 320 millions d’euros investis dans des entreprises, notamment en Allemagne et en France. Nous étudions la possibilité de lancer un autre fonds de ce type.

Pourquoi continuez-vous d’investir en France malgré les incertitudes juridiques ?

L’Allemagne et la France sont, à ce jour, les deux pays en Europe où le cadre juridique est le plus favorable, offrant des tarifs d’achat garantis pour les énergies renouvelables, ce qui n’est pas le cas en Belgique et en Grande-Bretagne par exemple. La décision du Conseil d’Etat sur les tarifs éoliens maintient certes des incertitudes mais nous estimons que le secteur des énergies renouvelables offre de belles perspectives. La France est en retard de dix ans par rapport à l’Allemagne sur ce marché, notamment dans l’éolien, et devra donc y afficher une croissance importante. Elle dispose aussi d’importants atouts en matière de vents et d’ensoleillement par rapport à l’Allemagne. Nous sommes très sollicités par des demandes de crédit pour financer des projets de champs d’éoliens en Bretagne, ou des fermes solaires dans le Midi.

A lire aussi