« La France a l’expérience de ce schéma »

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Depuis de nombreuses années, l’industrie de la gestion française a recours aux fonds maitres-nourriciers. « La France est l’un des pays qui a, au niveau national, le plus d’expérience de ce schéma pour lequel nous avons activement milité au niveau européen, explique Stéphane Janin (photo), directeur des affaires internationales à l’AFG (Association française de la gestion financière). La Commission européenne était d’ailleurs venue nous voir pour s’informer sur la manière dont nos membres utilisaient la structure. ». Dès lors, même si la dimension transfrontalière élargit substantiellement l’horizon, les sociétés françaises bénéficieront d’un avantage compétitif, notamment sur les plans marketing et juridique. « Il ne faut par ailleurs pas oublier que de nombreux OPCVM français, fonds maîtres potentiels, ont un historique de performance et une taille moyenne d’actifs gérés importants. Il s’agit là d’arguments sécurisants pour les investisseurs », ajoute Stéphane Janin qui rappelle au passage que, selon une étude récente d’Euroland Consulting, 38 % des sociétés de gestion françaises avaient déjà des structures maîtres-nourriciers nationales avant Ucits IV et que 87 % des sociétés de gestion françaises qui comptent utiliser le dispositif mis en place par la directive prévoient de domicilier leurs fonds maîtres en France.

A lire aussi