Des Français séduits

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Dubaï attire de plus en plus de Français. « En trois mois, le consulat a déjà enregistré plus de 500 inscriptions. Normalement, en moyenne, ce sont 1.200 Français par an qui s’inscrivent », indique François Sporrer, directeur Proche et Moyen-Orient d’Ubifrance, rappelant qu’en 2012, Dubaï comptait sur son sol environ 13.000 résidents français. Il est vrai que les Emirats Arabes Unis (EAU) sont le premier débouché commercial de la France dans le Golfe. La Fédération est son quatrième excédent commercial dans le monde et des accords de coopération notables, tant dans l’enseignement que dans la culture, ou le nucléaire civil et la défense, avec l’installation d’une base militaire française à Abu Dhabi, renforcent les liens. « La relation est forte même si elle n’est pas très ancienne historiquement », commente François Sporrer. De fait, les investissements directs français aux Emirats progressent et 600 entreprises françaises environ y sont installées. Une grande partie d’entres elles choisissent Dubaï car « c’est un emplacement idéal pour exporter, à la fois dans la région, en Afrique de l’Est, en Turquie, en Inde. Les entreprises ont compris qu’elles étaient plus visibles en étant sur place qu’en se bornant à choisir un distributeur, même s’il est efficace », explique François Sporrer. L’autre facteur qui pousse les entrepreneurs à vouloir s’expatrier à Dubaï est la morosité de la conjoncture dans l’Hexagone. « Nous observons parfois un peu trop d’enthousiasme et certaines espérances sont naïves, avertit François Sporrer. On ne peut pas y venir pour bricoler. Il est impossible d’y vivoter et il faut une mise de départ importante. »

A lire aussi