Les fonds énergie alternative se renouvellent

le 05/09/2013 L'AGEFI Hebdo

1,5 page

Thème d’investissement vedette avant la crise, les énergies alternatives ont souffert ces dernières années. « Nous sommes sortis des énergies renouvelables dont la rentabilité était très dépendante des subventions publiques. Or vu les problèmes d’endettement des Etats, nous avions anticipé une réduction drastique de ces aides », souligne Sébastien Lagarde, gérant chez Axa IM. Les fonds investis dans la thématique ont été contraints de s’adapter à cette nouvelle donne. « Nous avons réduit la part de l’alternatif dans notre portefeuille mais notre philosophie d’investissement reste inchangée : parier sur les valeurs qui vont profiter de la transition énergétique avec une approche à 360° », indique Luciano Diana, cogérant du fonds Pictet Clean Energy.

Ces fonds, qui affichent une performance moyenne négative de 33 % sur 5 ans (selon les chiffres de Morningstar), ont d’ailleurs réduit leur retard ces derniers mois avec un gain de 19,3 % en moyenne sur un an. Une dizaine de fonds est commercialisée en Europe pour un encours de 1,8 milliard d’euros. Le plus important d’entre eux, le BGF New Energy de BlackRock (un milliard d’euros d’actifs sous gestion), a également une approche diversifiée entre énergies alternatives et technologies de l’énergie. Le Pictet Clean Energy fait partie des gros fonds dans la thématique avec 206 millions d’euros sous gestion. Il a bien résisté sur 5 ans même si la perte est de 21 %. Il gagne 12 % depuis janvier. Le fonds est construit à partir d’une approche bottom-up. « Aujourd’hui, parmi nos trois piliers d’investissement, la thématique de l’efficacité énergétique (efficacité industrielle, des bâtiments, transports, modernisation des réseaux électriques…) représente 60 % de l’actif, devant les énergies à faible émission de carbone (gaz naturel) avec 30 % et les énergies renouvelables avec 10 % », décrit Luciano Diana qui se dit plus optimiste sur le secteur grâce au redressement économique perceptible aux Etats-Unis tandis qu’il décèle des occasions d’investissement dans l’énergie solaire qui aurait trouvé un point d’inflexion en termes de prix.

A lire aussi