Financement de la dette publique de la zone euro, l’internationalisation se poursuit

le 09/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Acheteurs. Le tableau de la détention de la dette publique diffère nettement d’une zone à l’autre, selon une étude de Société Générale. La faible internationalisation de la dette japonaise (détenue à 4 % par les investisseurs non résidents) se distingue nettement de celle des Etats-Unis (achetée à 41 % par l’extérieur) ou de celle de la zone euro. Les dettes de ses pays membres sont financées à 51 % par des non-résidents (à comparer à 22 % en 1995). Cependant, si l’on exclut la détention étrangère intra-zone, elles n’apparaissent véritablement financées par l’extérieur qu’à hauteur de 29 %. L’internationalisation a toutefois progressé car, en 2006, ce chiffre était de 20 %. Le financement de la dette européenne est aussi assuré en grande partie par les banques. Elles en détiennent 25 %, à comparer à 3 % aux Etats-Unis. A contrario, les banques centrales nationales de la zone euro ne disposent que de 2 % de la dette de la zone euro, tandis que la Réserve fédérale détient 16 % des titres publics américains.

A lire aussi