Eurorêve

le 03/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Point 27d du communiqué des chefs d’Etat de la zone euro du 27 octobre : « ... les budgets nationaux devraient être fondés sur des prévisions de croissance indépendantes ». On se pince, on pouffe ou on arbore un sourire narquois. Imagine-t-on un instant le Trésor français abandonner ses prérogatives en matière de cadrage macroéconomique des projets de loi de Finances ? La réponse est évidemment non. Pourtant, les prévisions publiées chaque année par le Trésor quand l’automne approche sont régulièrement faussées dans un seul sens, la surévaluation du chiffrage. Ce qui permet bien entendu au ministre de sous-estimer tout aussi régulièrement le déficit budgétaire. Ce petit jeu dure depuis 25 ans, la palme revenant à l’année 1993. La Direction de la prévision de l’époque s’accrochait à une prévision de 2,4 % de croissance du PIB et, à la sortie, celui-ci accusait une récession de -0,7 % sur l’année.

A lire aussi