Euroclear Bank automatise les transactions sur les hedge funds

le 09/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Le prestataire de services de règlement-livraison étend l’offre de sa plate-forme FundSettle. Une concurrence nouvelle à l’offre de Société Générale SS.

Euroclear Bank veut simplifier et sécuriser les investissements dans les fonds alternatifs. Son outil FundSettle va proposer à leurs investisseurs les mêmes prestations automatisées qu’il délivre déjà pour les achats transfrontières d’OPCVM : l’acheminement des ordres, leur suivi et leur règlement-livraison, la plate-forme leur offrant ainsi un point d’entrée unique pour atteindre quelque 50.000 fonds et 500 agents de transfert.

Or ses clients souhaitaient pouvoir transférer l’intégralité de leurs portefeuilles de fonds d’investissement à un prestataire unique, capable d’automatiser les traitements sur les hedge funds également. « Nous avons élargi notre couverture de fonds alternatifs typiquement implantés dans les marchés offshore, indique Luca Del Bene, directeur en charge des produits hedge funds chez Euroclear. La plate-forme automatise le routage et le dénouement, donc cela diminue le risque opérationnel, Swift remplaçant le fax. Cela diminue les coûts opérationnels pour les clients, en leur permettant de bénéficier d’économies d’échelle. »

Risque opérationnel

Eurotitres, le département de Natixis, prestataire en conservation pour les banques de détail et les banques privées, utilise depuis février dernier ces nouveaux services. « L’enjeu est de proposer des opérations sur des ‘hedge funds’ avec une prestation à valeur ajoutée, exécutée en mode automatique (STP ou ‘straight-through processing’), afin de maîtriser le risque opérationnel, explique Fabrice Raymond, adjoint au directeur du département Eurotitres et directeur des opérations chez Eurotitres. S’agissant de traiter avec plusieurs sociétés de gestion, établies dans des pays et sous des fuseaux horaires variés, avec de multiples procédures, les traitements manuels étaient lents et risqués. » Eviter les erreurs est d’autant plus important que les montants investis en gestion alternative sont élevés et que les souscriptions ne peuvent s’effectuer qu’à intervalles rares, toutes les semaines ou tous les mois parfois. « Avec le nouveau système, dès la saisie de l’ordre, FundsSettle le fait suivre en temps réel vers la société de gestion, fait savoir Fabrice Raymond. Ensuite, la plate-forme nous adresse la valeur liquidative (‘net asset value’) dès qu’elle est calculée. »

L’offre d’Euroclear prend en compte la complexité des opérations sur fonds alternatifs, à commencer par leurs noms, souvent quasiment identiques à l’intérieur d’une série. « La plupart des ‘hedge funds’ n’ont pas de code ISIN et les ordres sont placés sous leur nom, remarque Luca Del Bene. Nous avons mis au point une procédure qui permet au client d’instruire de façon automatisée en utilisant un code unique qui est transmis sous la forme du nom du fonds à l’agent de transfert pour placer l’ordre. » Autre sujet de difficulté pris en charge, la structure des commissions chargées par les gérants de hedge funds qui est complexe. « Elle comprend des ‘performance fees’ (commissions de performance) qui peuvent être calculées sur le prix du fonds ou selon la méthode d’égalisation, plus sophistiquée, précise Luca Del Bene. Autant d’échanges d’informations avec les clients que FundSettle exécute en toute automaticité. » FundSettle s’attend à une montée en charge rapide de sa plate-forme. « L’élargissement de la couverture de FundSettle à un grand nombre de fonds alternatifs, y compris complexes, vise à apporter plus de standardisation sur le marché », souligne Luca Del Bene.

Offre alternative

« Sur les ‘hedge funds’, une large partie des traitements ne peut que rester manuelle, chaque fonds étant spécifique », estime toutefois Olivier Renault, country manager Luxembourg de Société Générale Securities Services (SGSS). Le pôle de services titres de Société Générale propose une offre concurrente avec Global Fund Trading, la plate-forme servant à la fois les fonds communs et les fonds alternatifs, couvrant 45 pays dont 25 en Europe, avec 9.000 fonds alternatifs et plus de 300 agents de transfert. « Le client nous informe par fax ou internet de son achat, et si le fonds n’est pas déjà référencé, nous l’intégrons en 48 heures, ce qui est très court compte tenu de la lourdeur de la documentation, poursuit Olivier Renault. Une fois la souscription effectuée, l’investisseur peut suivre sur notre site où en est l’avancement de son ordre d’achat, ce qui représente un service très apprécié, car les processus peuvent être très longs. » L’outil propose également un service de valorisation (price chasing) pour permettre aux investisseurs d’obtenir des estimations de leurs avoirs plus fréquentes que ce que prévoient les statuts des fonds. 

A lire aussi