Michael Lewis, responsable de la recherche matières premières chez Deutsche Bank

« Les Etats-Unis en passe de devenir le premier producteur mondial de pétrole »

le 16/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Quelles sont vos prévisions pour le marché du pétrole en 2014 ?

Avec de très bonnes perspectives de demande, le marché du pétrole sera déterminé par l’offre. Après les ruptures d’approvisionnement de l’année dernière, nous voyons un risque grandissant de surabondance à cause de la production américaine galopante (+ 1 mbj) et des chances que les pétroles libyen et iranien reviennent sur le marché. Les Etats-Unis sont en passe de dépasser l’Arabie Saoudite et la Russie pour devenir le premier producteur mondial au cours des prochaines années. En fin de compte, l’Arabie Saoudite devra réduire sa production pour leur faire de la place et les capacités non utilisées de l’Opep augmenteront à leur plus haut niveau depuis plus de dix ans. Nous avons donc révisé à la baisse nos prévisions pour 2014, à 89 dollars le baril pour le WTI et 97 dollars pour le Brent.

Certains pays de l’Opep n’ont-ils pas besoin de prix plus élevés pour financer leurs dépenses sociales ?

Si. Le cours actuel du Brent est satisfaisant mais au-dessous de 90 dollars le baril, il peut susciter une action défensive de l’Opep. Le cartel arrive à bien défendre les prix lorsque la croissance mondiale est forte. C’est seulement quand celle-ci est inférieure à 2,5 % que sa capacité à les défendre s’évapore. Etant donné que nous prévoyons une croissance mondiale de 4 % cette année, toute action de l’Opep serait couronnée de succès. Cela dit, il pourrait y avoir une bataille entre ses membres pour savoir lesquels porteront le fardeau, potentiellement dès le sommet de juin, puisqu’ils n’ont pas besoin des mêmes niveaux de prix pour équilibrer leurs budgets.

A long terme, la révolution du pétrole de schiste résout-elle le défi énergétique mondial ?

Le pétrole de schiste et de mer profonde augmente les estimations de brut récupérable et repousse la date du pic pétrolier. Mais pour l’instant, le pétrole de schiste est surtout un phénomène américain. On peut le voir à la pente de la courbe du WTI. L’an dernier, elle est entrée en backwardation parce que les Etats-Unis réussissaient à transporter le pétrole produit à l’intérieur des terres vers la côte pour le raffiner et l’exporter. Mais on commence à voir à nouveau un contango, ce qui veut dire que le marché redevient surapprovisionné.

A lire aussi