Encore quatre années de purge pour l'immobilier espagnol

le 21/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Béton. Quand l’immobilier ne va pas, rien ne va... Entre le début de l’effondrement du résidentiel en Espagne en 2008 et janvier 2012, les prix ont chuté de 22 %. Au vu de l’état des lieux actuel, la correction va se prolonger d’au moins quatre ans et les prix chuter de 25 % supplémentaires, estiment les économistes de Standard & Poor’s. Le désendettement des ménages ne fait que commencer. Or il est une condition à remplir pour stabiliser le marché, indique l’agence de notation. La dette des Espagnols se situe aujourd’hui à 81 % du PIB , en baisse de seulement 6 points par rapport au pic de juin 2010. La forte poussée du chômage (25 % de la population active) entraîne une progression parallèle des prêts douteux dans les bilans des banques (lire ci-dessous) ; le secteur de la construction lui-même ayant perdu 1,5 million d’emplois depuis 2008. Aujourd’hui sinistré, ce secteur a pesé juqu’à 22 % du PIB en 2006 et a construit 4,4 millions d’habitations entre 2000 et 2007 quand le nombre de ménages espagnol ne progressait que de 3,2 millions. La purge est donc loin d’être finie ; d’autant plus qu’elle alimentera la récession de l’économie espagnole.

A lire aussi