En zone euro, les « spreads » évoluent par groupes de pays

le 12/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Scission. La façon de gérer la dette souveraine en zone euro a radicalement changé depuis le début de la crise de la dette européenne. L’homogénéité des taux d’intérêt, qui était l’une des principales caractéristiques de ce marché, n’est plus qu’un souvenir lointain. « Des groupes ont émergé », commente Olivier de Larouzière, directeur de la gestion obligataire euro de Natixis Asset Management, en observant l’évolution des spreads des taux à 10 ans des pays de la zone euro depuis un an. « La Belgique fait bande à part, tandis que les ‘spreads’ de la France évoluent comme ceux de l’Autriche, et ceux de la Finlande comme ceux des Pays-Bas », précise le gestionnaire. Cette donne peut être modifiée à tout moment. Les investisseurs commencent à se préoccuper de la tenue des objectifs budgétaires des Pays-Bas et ses taux sont en train de se tendre progressivement. A contrario, il n’est pas exclu que les taux de la Belgique, dont l’action du gouvernement actuel rassure, se replient et se rapprochent de ceux de l’Autriche. Dès lors, le défi des gestionnaires d’actifs européens est de savoir anticiper les écarts de taux afin de bénéficier de la volatilité qui s’est installée.

A lire aussi