Dominos

le 07/06/2012 L'AGEFI Hebdo

C’est un exemple parfait d’effet papillon. Vous modifiez à la marge un composant d’un panier de prix, par exemple le textile-habillement de l’indice britannique RPI (le local par opposition au CPI de définition européenne), ce que compte faire l’Office statistique anglais (ONS), et vous mettez à mal le marché des « linkers », les Gilts indexés sur le RPI, de 338 milliards de livres. La révision du RPI entraînera la ruine du marché, explique un investisseur dans le Financial Times. Une telle chute va détériorer les bilans des fonds de pension qui utilisent les indexés RPI. Faut-il adapter un indice désuet aux méthodes de calcul modernes des prix au risque de créer un séisme ? Ou est-il préférable de ne rien modifier et de donner à voir une réalité déformée de la réalité ? That is the question...

A lire aussi