Les dividendes... sans les actions

le 20/02/2014 L'AGEFI Hebdo

Il est possible pour un investisseur de miser uniquement sur le facteur dividende sans subir l’impact des évolutions du marché qu’intègrent les actions, c’est-à-dire le beta du marché. Et ce grâce aux futures sur dividendes. Ces contrats dérivés permettent en effet de parier sur la seule variation du dividende. Le prix du contrat va refléter l’anticipation par le marché des coupons qui seront versés par l’entreprise. Un investisseur peut ainsi acheter ou vendre le contrat en fonction de ses propres prévisions. Lancé par Eurex en Europe en 2008, ce marché s’est depuis fortement développé, compte plus de 2,2 millions de positions ouvertes et affiche un volume moyen quotidien de 30.000 contrats. Ces instruments permettent de se positionner sur les anticipations de dividendes d’indices (actuellement 5) ou de grandes entreprises (91) sur 10 maturités (annuelles, dividendes versés entre le 1/1 et le 31/12). Des fonds spécialisés proposent une exposition à ces contrats dérivés par le biais de produits de performance absolue : c’est le cas de Laffitte CM au travers d’une stratégie d’arbitrage sur les dividendes et sur les indices. Theam, l’un des premiers à s’être lancé sur la thématique des dérivés de dividendes en 2009, intervient au travers de swaps.

A lire aussi