Des dirigeants aux rémunérations honorables

le 24/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Si Kleinwort Benson, le fleuron de RHJ International, n’a pas encore pu se hisser au niveau de ses concurrents en termes de performances, son management est en revanche relativement bien traité sur ce segment de marché. Leonhard Fischer, l’ancien patron de Credit Suisse, pressenti un temps pour diriger UBS, a reçu en 2011 un salaire fixe annuel de 1 million d’euros, comptant pour 20 % seulement de sa rémunération. Les 80 % restants étaient constitués de 1,3 million d’euros en cash et 367.747 actions à droit de vote limité, valorisées autour de 1,6 million. Ce qui est tout à fait honorable pour un groupe dont le total de bilan n’excède pas 3,3 milliards. Les trois autres membres du comité exécutif se partagent 1,4 million d’euros de rémunération fixe, 2,2 millions de rémunération variable en cash et 591.313 actions.

A lire aussi