« Deutschland auch »

le 17/01/2013 L'AGEFI Hebdo

L'économie allemande n'aura pas échappé à ce que lui prédisaient les indicateurs avancés l'été dernier. Le PIB a reculé de 0,5 % au quatrième trimestre 2012, ce qui donne sur l'année une croissance de 0,7 % (après 4,2 % en 2010 et 3 % en 2011). Avec ce tour de force propre à ce pays d'avoir un faible taux de chômage sans réaction pour l'instant à la dégradation de la conjoncture et un solde budgétaire équilibré. Pour 2013, année électorale, le gouvernement qui se cale sur 0,4 % et sur le mode « ça ira mieux demain » prévoit 1,6 % en 2014. En termes de prévision, c'est tout le contraire de ce qui se fait à Paris. Il y a longtemps que Berlin a compris qu'il valait mieux réviser à la hausse et créer la surprise sur les marchés ou auprès des électeurs. C'est autrement plus efficace que de revoir ses prévisions à la baisse au dernier moment.

A lire aussi