Deutsche Bank bascule vers la réplication physique

le 12/12/2013 L'AGEFI Hebdo

 Le modèle de réplication physique, cher à iShares (filiale d’ETF de BlackRock), continue de s’imposer. Deutsche Bank & Asset Wealth Management a décidé de basculer, au cours du premier trimestre 2014, 18 de ses plus importants ETF (exchange-traded funds), fonctionnant jusqu’à présent en réplication synthétique (via un swap de performance), en mode physique, c’est-à-dire en acquérant les titres composant l’indice suivi. Il s’agit des ETF db X-trackers les plus liquides et dont la performance est équivalente quel que soit le mode de réplication, comme ceux sur le CAC 40, l’EuroStoxx 50, le FTSE 100 ou le MSCI Europe et portant sur 8,8 milliards d’euros d’encours. Deutsche Bank, qui avait comme Lyxor dans un premier temps décidé de dupliquer les modes de réplication de certains de ses ETF, se résout donc à basculer directement en physique pour éviter un trop grand éparpillement de la liquidité et surtout répondre à la demande des investisseurs (63 % du marché européen est en réplication physique). Quoi qu’il en soit, les spécialistes s’accordent à dire que sur les marchés les moins liquides, la réplication synthétique garde tout son sens.

A lire aussi