Dette publique française, la part des non-résidents se réduit

le 07/07/2011 L'AGEFI Hebdo

Tendance. Les investisseurs non-résidents détenaient à la fin du mois de mars 65,2 % de la dette négociable française, indique le bulletin de juin de l’Agence France Trésor (AFT). Le repli est notable puisqu’ils avaient en mains 71,4 % des titres au mois de juin 2010. Défiance naissante des investisseurs étrangers ou fly-to-quality de la part des investisseurs français, toujours est-il que que pour les seules OAT (obligations assimilables du Trésor), la part des non-résidents dans le total n’est plus que de 54 %, pour 23 % pour les compagnies d’assurances et 15 % pour les banques françaises. Par ailleurs, l’Insee a indiqué que la dette publique avait augmenté de 55 milliards d’euros au premier trimestre à 1.646,1 milliards, soit 84,5 % du PIB. La dette de l’Etat a progressé de 41,5 milliards pour un stock de 1.286,5 milliards, celle de la Sécurité sociale atteint 191,2 milliards, celle des collectivités locales 156,5 milliards et celle des organismes des administrations centrales 26,2 milliards. L’Insee met l’accent sur la forte augmentation de la trésorerie de l’Etat : +22 milliards.

A lire aussi