Croissance à grande vitesse des prêts étudiants aux Etats-Unis

le 31/10/2013 L'AGEFI Hebdo

Fusée. Pendant que les ménages américains remboursent leurs excès passés avec une dette aujourd'hui de 100 % de leur revenu disponible (125 % en 2006 avant l'éclatement de la bulle immobilière), le crédit à la consommation croît sur un bon rythme. Mais, souligne une étude de PrimeView, cette croissance ne doit rien au crédit revolving « 

qui devrait connaître sa première contraction trimestrielle depuis plus de deux ans ». Elle le doit à 70 % à l'augmentation des prêts aux étudiants, « les nouveaux crédits 'subprime' américains », prévient Pierre Sabatier, auteur de l'étude. Le poids des prêts étudiants ne cesse d'enfler depuis cinq ans au point d'atteindre désormais 30 % de l'ensemble des crédits à la consommation au deuxième trimestre, contre 17 % en 2008. Si 80 % de ces prêts sont garantis par le gouvernement américain, leur taux de défaut est structurellement élevé et en progression constante (12 % fin 2012). Et « contrairement aux crédits 'subprime', ils ne sont adossés à aucun actif ». Alors attention, les prêts étudiants pourraient bien entrer en crise dans les années à venir, alerte PrimeView.

A lire aussi