Le crédit bancaire, courroie de transmission de la crise

le 08/12/2011 L'AGEFI Hebdo

Les marchés de capitaux ne sont pas la seule courroie de transmission de la crise de l’Europe aux pays émergents. L’autre point de vulnérabilité est le crédit bancaire. Une crise des banques européennes exposées à la dette souveraine de la zone euro peut s’étendre à d’autres territoires « dès lors qu’elles en soutiennent la demande intérieure via le crédit bancaire », relate Manolis Davradakis, économiste d’Axa IM. Selon les données de la Banque des règlements internationaux (BRI), le poids des créances étrangères européennes dans le PIB des économies émergentes est nettement plus élevé en Europe de l’Est qu’en Amérique latine ou en Asie. En République Tchèque, les créances des banques européennes représentent 92,2 % du PIB (en mars 2011), à comparer à 23,8 % en Malaisie ou à 19 % au Mexique. « Tandis que l’Amérique latine est exposée via l’activité bancaire des banques espagnoles, l’Egypte et la République Tchèque sont dépendantes du bilan des banques françaises », note Manolis Davradakis. La Hongrie et la Pologne sont exposées via les banques italiennes, et la Bulgarie et la Roumanie via les banques grecques.

A lire aussi