Cours du pétrole, des niveaux dangereux pour la consommation

le 01/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Alerte. L’accélération de l’augmentation des prix des produits pétroliers depuis le début du mois de février n’est pas liée à des raisons fondamentales : les perspectives de croissance mondiale ne sont pas meilleures qu’en janvier. La montée actuelle des cours du pétrole (au-dessus de 120 dollars le baril de Brent) s’explique surtout par la résurgence de tensions politiques dans les pays producteurs. L’Iran a annoncé qu’elle ne fournirait plus que les pays acceptant des contrats de long terme tandis que la production continue d’être perturbée au Sud-Soudan, au Yémen, et réduite en Libye et en Syrie. Dans un tel contexte, « les prix à la consommation vont rester à la hausse », commente BNP Paribas. Mécaniquement, le pouvoir d’achat réel des ménages va en souffrir et la consommation diminuera dans les pays occidentaux, comme c’est toujours le cas lors d’un choc pétrolier lié au manque d’offre. « Pour l’économie dans son ensemble, la hausse des prix du pétrole est un facteur négatif, provoquant une diminution de la croissance de l’économie réelle », rappelle Natixis. Il ne faudrait pas que la flambée de l’or noir s’éternise.

A lire aussi