Une cote d'amour en baisse

le 23/02/2012 L'AGEFI Hebdo

La crise des dettes souveraines dans la zone euro n’a pas trop détérioré l’image des contrats d’assurance-vie investis en fonds en euros auprès du grand public. « Les fonds euros sont considérés comme le troisième meilleur placement après l’immobilier et les livrets d’épargne », note le sondage du Cercle des épargnants (Generali)/ Cecop (Centre d’études et d’information sur l’épargne et la retraite), réalisé par l’institut CSA auprès d’un échantillon de 1.005 personnes. Leur estime auprès des épargnants baisse d’un point (de 20 % à 19 %) de 2010 à 2011 tandis que la confiance dans les contrats en unités de compte passe de 12 % à 8 %. De manière générale, les Français remettent en cause les placements en Bourse, mais on ne peut pas dire qu’il y ait une défiance vis-à-vis de l’assurance-vie, rapporte l’étude. Quant à détenir ou souscrire des contrats en euros, le sondage montre une baisse de 38 % à 33 % en un an avec 28 % des personnes interrogées déclarant détenir un tel produit d’épargne, contre 31 % l’année précédente. La fiscalité de l’assurance-vie a toujours la cote et 85 % des détenteurs de contrats n’entendent pas faire de rachats prochainement. Parmi les 15 % restants, 2 % comptent déplacer leur épargne vers un autre produit financier. « La conjoncture pèse lourdement sur l’épargne des Français, mais elle ne l’a pas tarie », indique le Cercle des épargnants. Reste que « le différentiel entre épargne et retrait d’épargne retrouve ses niveaux de la crise des crédits ‘subprime’ après une amélioration en 2011 ».

A lire aussi