Centenaire de L'Agefi - Volet 11

La « corbeille »… au panier

le 05/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Au cours du long week-end du 14 juillet 1987 disparaissait le symbole de la Bourse de Paris, la fameuse « corbeille », après plus de 160 ans de bons et loyaux services. « La Corbeille disparaît, la Bourse de Paris monte en puissance », titre en une l’édition de L’Agefi datée du vendredi 10. « Modernisation oblige, poursuit le journal, les habitudes professionnelles des familiers du Palais Brongniart subiront là une rupture hautement symbolique. » Symbolique en effet puisque depuis juin 1986 et la mise en route du système de cotation en continu - le CAC -, la majeure partie des transactions est informatisée.

La première séance boursière « post-corbeille », le mercredi 15 juillet, est marquée par un incident rare dans le « temple » de la finance, une grève de commis de Bourse mécontents de leurs nouvelles conditions de travail. Ce mouvement empêchera ce jour-là la cotation d’un très grand nombre de valeurs. « Sans doute, analyse L’Agefi le lendemain dans son compte-rendu de la séance boursière, faut-il mettre sur le compte de la précipitation avec laquelle s’effectue la modernisation de la place ce nouvel avatar, évidemment très préjudiciable pour la Bourse de Paris. »

Mise au rencart, la « corbeille » n’a pas totalement disparu. Démontée, elle a été récupérée et reconstituée avec sa fameuse rambarde recouverte de velours rouge et son tas de sable au milieu. On peut toujours la voir au second étage du Palais Brongniart. Elle trône dans un espace de réception spécialement conçu pour rappeler les temps « héroïques » de la Bourse avec tableau noir de cotations, cabines téléphoniques en bois patiné par des générations de commis de Bourse chargés de transmettre les ordres et la « cloche » qui marquait le début et la fin des transactions.

A lire aussi