Contrepied

le 24/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Une règle bien connue en politique est de faire faire si possible le sale travail à vos adversaires. En ayant nommé deux socialistes à la tête de la commission des finances de l’Assemblée nationale et de la Cour des comptes, l’ancien gouvernement s’assurait de la sorte de ne pas être accusé d’avoir volontairement minoré les déficits publics. Délicat en effet pour les nouveaux dirigeants socialistes de réaliser un audit des finances publiques pour porter un doigt accusateur sur les dérives passées si ce sont deux socialistes qui ont visé régulièrement lesdits comptes. De toute façon, ce petit jeu n’amuse plus les marchés financiers et peut même se montrer contre-productif. Il suffit de se rémémorer les opérations « vérité » du gouvernement grec en 2010 et, plus près de nous, de son homologue espagnol. Dans un cas comme dans l’autre, les conséquences ont été dramatiques.

A lire aussi