Contrainte extérieure

le 19/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Lucidité ou échine courbée. Pour un petit pays, quand la pression politique et financière est beaucoup trop lourde, il est difficile de résister très longtemps et d’engager un débat de fond à propos d’une réforme d’importance dont dépend l’avenir du pays. Tel est le cas du Portugal dont le Parlement a approuvé vendredi 13 avril à une très large majorité (204 voix pour, 24 contre et deux abstentions) le nouveau pacte budgétaire européen. Le Portugal est du coup le premier pays de la zone euro à ratifier le nouveau pacte dont la mesure phare implique de ne pas aller au-delà d’un déficit structurel de 0,5 % du PIB. Sous perfusion de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, Lisbonne n’avait pas d’autre choix et au moment du vote, il n’y avait pas plus de majorité que d’opposition parmi les parlementaires. Autant dire que la gaieté n’était, ce jour-là, d’aucun camp.

A lire aussi