L'avis de... Marie-Anne Allier, responsable de la gestion euro-aggregate chez Amundi

« La confiance des investisseurs est forte »

le 28/11/2013 L'AGEFI Hebdo

Etes-vous d’accord avec le satisfecit donné à l’Irlande sur son programme ?

L’Irlande est le bon élève des pays sous programme de la zone euro. Le gouvernement a mené toutes les réformes qu’on lui a demandées, il a coché toutes les cases. La troïka (Fonds monétaire international (FMI), Commission européenne, Banque centrale européenne) et les marchés financiers sont satisfaits. Cela dit, le FMI met en garde contre les risques à venir. D’abord, l’Irlande doit poursuivre la consolidation budgétaire et réduire les dépenses de protection sociale, notamment de santé, pour respecter ses objectifs. Si la très faible inflation persiste, l’excédent primaire à dégager pour stabiliser le ratio dette/PIB sera encore plus élevé. Ensuite, à cause du stock de prêts immobiliers en arriérés de paiement qui continue à augmenter, les banques pourraient avoir besoin d’être à nouveau recapitalisées à l’issue des stress tests de l’an prochain. La croissance irlandaise repose non seulement sur les exportations mais aussi sur le fait que la consommation intérieure ne s’effondre pas. Si les banques se mettent à restructurer leurs prêts brutalement, à procéder à des saisies, la croissance en pâtira. En résumé, l’Irlande va mieux, mais elle n’est pas au bout de ses peines, surtout si un choc se produit.

Comment pourrait se passer son retour sur les marchés ?

L’Irlande a annoncé son intention de revenir sur les marchés probablement fin janvier-début février 2014. L’annonce de la non-demande de ligne de back-up n’a pas eu d’effet négatif sur les spreads irlandais, qui ont même plutôt surperformé ceux des autres pays depuis. Cela prouve bien que la confiance des investisseurs est forte et ne dépend pas uniquement de l’existence ou non de l’aide européenne. Cela dit, il ne faut pas sur-interpréter ces niveaux de spreads dans la mesure où il n’y a pas eu d’offre sur la dette irlandaise depuis sa mise sous programme. Autre élément de soutien, on attend un relèvement de la note de Moody’s, qui pourrait enclencher un cercle vertueux : plus de demande, donc des taux plus bas, donc une meilleure situation pour l’Irlande. Toutefois, le plus probable est que Moody’s attende le retour avec succès de l’Irlande sur les marchés pour annoncer le relèvement de sa note.

A lire aussi