Commerce extérieur, l’automobile est devenu un important secteur déficitaire

le 12/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Effet ciseau. En 2004, le secteur automobile français dégageait un solde commercial excédentaire de 13 milliards d’euros. Sept ans plus tard, ce solde est déficitaire de 5 milliards. Il est même négatif de 8,1 milliards pour la seule branche des véhicules, les pièces détachées dégageant un excédent de 3,1 milliards, indique la direction générale des Douanes qui a mené une étude comparative avec le secteur allemand. Le déficit bilatéral de la France avec l’Allemagne dans l’automobile était de 7,3 milliards l’an dernier. L’étude montre deux stratégies opposées. L’allemande privilégie l’assemblage final des véhicules sur le territoire national et l’importation de pièces détachées en provenance de pays à bas coûts, un modèle « que certains ont pu qualifier de manière sommaire ‘d’économie de bazar’ », commentent les Douanes. De leur côté, les constructeurs français font le choix de la production par leurs filiales à l’étranger. Conséquence, les constructeurs allemands fabriquent une voiture particulière sur deux outre-Rhin pendant que les constructeurs français importent 73 % de leurs modèles.

A lire aussi