Cœur de métier

le 21/07/2011 L'AGEFI Hebdo

Les acteurs de l’économie dite « réelle » peuvent aussi être accusés à l’occasion d’être de « vils spéculateurs » et de n’avoir en tête que la meilleure manière d’amasser des gains. Les compagnies pétrolières ont depuis longtemps des salles de marché à leur disposition pour gérer les achats et les ventes de brut. Dernièrement, un employé indélicat de la firme Chevron a rendu publiques les positions et les bénéfices de la compagnie sur différents marchés. On a pu apprendre que les activités de marché de Chevron lui avaient rapporté 264 millions de dollars en un an (dont 68 millions en Europe). Tout dernièrement, Chevron a spéculé sur la hausse des prix de l’essence aux Etats-Unis. Un comportement micro dommageable pour l’image de la firme mais aussi au niveau macro. En rognant le pouvoir d’achat des ménages, elle réduit leur consommation de demain.

A lire aussi