Les classes moyennes des pays émergents très convoitées

le 01/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Selon des analystes et des gérants, « la révolution du consommateur » est en route et va s'étaler sur plusieurs décennies.

Pas de doute, le phénomène est structurel. Le destin des classes moyennes est de se multiplier et de se répandre dans les pays émergents. Et avec elles, leur pouvoir d’achat. Comme les banques, les sociétés de gestion l’ont bien compris. Elles sont nombreuses à vouloir saisir l’occasion et à lancer des fonds sur le thème de la croissance démographique dans les pays émergents et de la montée en puissance des classes moyennes.

Reste à savoir plus précisément ce que sera la consommation dans deux ou trois décennies dans ces pays et quels secteurs seront en pointe. Karen Ward et Frederic Neumann, économistes chez HSBC, se sont essayés à l’exercice, considérant « qu’une révolution mondiale du consommateur est en route, tirée par une expansion sans précédent des classes moyennes dans les pays émergents »*. Le mouvement est si fort, selon eux, qu’il va transformer de fond en comble la demande dans des secteurs comme le textile-habillement et les loisirs, ou encore les nouvelles technologies et les services financiers si l’on se réfère à un phénomène similaire, celui des Tigres d’Asie dans les années 70 et 80, principalement l’exemple de la Corée du Sud dont le modèle de consommation s’est très vite développé.

Croissance exceptionnelle

« Mieux équipés et plus qualifiés, la productivité des salariés dans les pays émergents va augmenter, le PIB croître et avec lui les revenus des consommateurs », expliquent Karen Ward et Frederic Neumann. D’ici à 2050, le revenu annuel moyen du salarié en Chine va passer de 2.500 dollars à 18.000 dollars, grosso modo le tiers de ce que sera le revenu moyen aux Etats-Unis. « Le salaire moyen en Chine a déjà quasiment quintuplé depuis 1999, observe Didier Rabattu, gérant du fonds Emerging Consumer de Lombard Odier Investment Managers. La plus importante expansion de la classe moyenne de l’histoire va avoir lieu en Chine et en Inde. Dès 2020, le nombre de personnes dans le monde dont le revenu annuel dépasse 6.000 dollars aura doublé. Elles seront 3,8 milliards. » Avec cette impulsion, les biens de consommation et le commerce de détail vont bénéficier d’une croissance exceptionnelle, estime Didier Rabattu, pour qui « les sociétés établies dans ces pays et les entreprises de marchés développés générant au moins 50 % de leur chiffre d’affaires dans les marchés émergents » sont les mieux placées pour tirer leur épingle du jeu.

Les services financiers devraient faire partie des secteurs gagnants. Avec les classes moyennes se développe la nécessité de se constituer une épargne en vue de la retraite ou de financer à crédit un achat de montant important. « Or aujourd’hui, en Inde, 40 % de la population n’a aucun accès à un quelconque canal d’épargne et garde ses liquidités sous son matelas », assurent les économistes de HSBC.

Les perspectives démographiques et la croissance de la consommation dans les pays émergents suscitent bien des convoitises. Reste une condition sine qua non à remplir : que la richesse se développe sans rupture et sans crise majeure, à la différence de ce que sont en train de vivre les pays développés.

*'Consumer in 2050. The rise in the EM middle class'.

A lire aussi