Rencontre avec... Kathryn A. Koch, senior stratégiste chez Goldman Sachs Asset Management

« La classe moyenne va continuer de croître dans les pays émergents »

le 01/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Est-ce le moment d’investir en actions émergentes ?

Chez Goldman Sachs Asset Management, nous le pensons. Même si les marchés se sont déjà appréciés depuis le début de l’année, leur niveau de valorisation reste attrayant. C’est un bon point d’entrée. Ensuite, malgré le ralentissement économique mondial, les taux de croissance des PIB des pays émergents dépassent nettement ceux des pays développés. Leurs économies bénéficient du développement de la consommation et d’importants investissements dans les infrastructures. Il est vrai que les capitaux à destination de leurs Bourses dépendent encore de l’appétit pour le risque des investisseurs occidentaux et que les résidents ne sont pas encore très investis sur leurs marchés financiers. Mais cette tendance va changer avec le développement des fonds de pension locaux. Cela pourra aider à diminuer la volatilité des Bourses émergentes qui dépend de la présence ou du manque d’investisseurs de long terme.

Comment transposez-vous le concept de « middle expanding » (expansion de la classe moyenne) à votre allocation d’actifs ?

Nous estimons que la classe moyenne va continuer de croître dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine, NDLR) et qu’elle va émerger ou se renforcer dans les « Next Eleven » (onze autres économies à fort potentiel, NDLR). Nous transposons ce phénomène de « middle expanding » dans nos allocations d’actifs et de sélection de valeurs en ciblant les entreprises qui adaptent leur offre à l’accroissement des revenus des ménages. Nous investissons toujours dans les sociétés qui bénéficient de la hausse des dépenses des ménages en Chine. La progression de son PIB ralentit certes, mais de façon appropriée. Après des années d’accélération de ses investissements, l’Empire du Milieu entre dans une autre phase de développement, celle d’un rééquilibrage structurel plutôt axé sur la consommation domestique.

Comment avez-vous identifié les « Next Eleven », les onze pays relais des BRIC ?

Les « Next Eleven » (N-11) sont les pays en développement qui, après les BRIC, ont le potentiel collectif de rivaliser avec les économies du G7 en termes de nouvelle croissance. Notre principal critère de sélection a été la démographie. Les populations jeunes de ces pays peuvent tirer la croissance économique vers le haut. Dans ce cadre, le Nigeria, doté de ressources diversifiées, nous semble être l’une des économies africaines les plus prometteuses.

A lire aussi