Une classe d’actifs évolutive

le 17/05/2012 L'AGEFI Hebdo

Les performances des fonds de dette émergente ne sont pas régulières, selon une étude de Fitch sur ce marché. « Seulement 11 % d’entre eux se sont maintenus dans le premier ou le deuxième quartile des performances pour les périodes allant de 2005 à 2008 et de 2008 à 2011, écrit Manuel Arrive, analyste chez Fitch. Pire, environ 20 % sont passés du meilleur au moins bon quartile (et vice-versa) sur ces mêmes périodes. » Pour les spécialistes de l’agence de notation, ces mouvements démontrent que les fonds de dette émergente sont plus générateurs de beta que d’alpha. Cela montre aussi combien les moteurs de performance de ces fonds sont devenus plus globaux et plus complexes (période de 2008 à 2011). Les gérants doivent désormais élargir le spectre de leur expertise pour générer des idées d’investissement au-delà des traditionnels thèmes de la croissance et de l’inflation (comme entre 2005 et 2008). L’agence de notation remarque par ailleurs dans son étude que les fonds de dette externe ont réalisé, en 2011, des performances supérieures à celles des produits investis en obligations libellées en devises locales. Enfin, la taille des fonds est importante en termes de collecte mais ne joue guère sur leur performance.

A lire aussi