Centrifugeur

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Penser adopter l’euro « en 2014 est irréaliste », vient de déclarer la présidente de la Lituanie, Dalia Grybauskaite. Mais qu’entend-elle au juste par là ? Que son pays sera recalé aux examens de passage maastrichtiens, ces fameux critères qui, une fois remplis, donnent le privilège d’accéder à la monnaie unique ? Rappelons que la Lituanie avait échoué une première fois en 2007 pour cause d’inflation hors normes européennes. Ou croit-elle comme une partie grandissante de l’opinion publique que, dans deux ans, l’euro n’existera plus ou aura réduit sa géographie plutôt que de l’étendre ? Triste constat. Il n’y a pas si longtemps, l’euro exerçait un pouvoir d’attraction sans pareil sur de nombreux petits pays désireux d’intégrer au plus vite cet eldorado monétaire. Mais aujourd’hui, ce pouvoir se mue en répulsion. Le rêve s’est dissous.

A lire aussi