Les CDS bancaires, miroir du risque souverain

le 16/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Le niveau du risque souverain a un impact sur le marché de l’obligataire d’entreprise européen, qui évolue désormais en fonction de la perception du risque budgétaire du pays auquel il appartient. C’est ainsi que les craintes des investisseurs concernant la gestion de la dette européenne, les modalités d’aides accordées à la Grèce, à l’Irlande ou au Portugal, influencent directement le déroulé des émissions des entreprises et des banques domestiques. Celles des pays de la zone euro les moins biens notés sont celles qui s’effectuent avec le plus de difficulté, même si les fondamentaux des sous-jacents sont sains. Cette situation se reflète dans l’évolution des CDS (credit default swaps) bancaires (voir le graphique ci-dessus), excessivement volatils depuis avril 2010, autrement dit depuis que le marché a pris conscience de l’imbrication du système bancaire européen. « Le risque des émetteurs bancaires européens est associé au risque pays », résume Bernard Aybran, directeur de la multigestion d’Invesco Asset Management, un risque qui sera peut-être un peu réévalué lorsque les stress tests (tests de résistance) bancaires seront publiés cet été.

A lire aussi