Calmos

le 14/06/2012 L'AGEFI Hebdo

S’il n’est pas convenable de se moquer d’un patronyme, il est quand même permis de sourire depuis que le gouverneur de la banque centrale de Chypre s’est fait connaître en donnant une interview au Financial Times. Celui qui estime urgent dans les colonnes du quotidien britannique de recapitaliser la deuxième banque du pays, la Marfin Popular Bank, s’appelle en effet Panicos Demetriades. Un nom qui ne manque pas de sens à une époque où chacun cherche à garder le contrôle de ses nerfs. D’autant que les banques chypriotes qui sont très présentes en Grèce détiennent en masse des obligations de l’Etat grec qu’elles ont vu fondre comme neige au soleil. A noter que Chypre doit prendre la présidence tournante de l’Union européenne le 1er juillet. Quoi qu’il en soit, on peut désormais supputer que Calmos, Anxiolytos et Lexominos se tiennent dans les coulisses, prêts à voler au secours de leur cousin Panicos.

A lire aussi