BOURSES La fragmentation se stabilise, mais les marchés opaques progressent

le 12/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Chi-X encore devant

Avec 2.487 milliards d’euros d’échanges sur les trois grands indices actions (FTSE 100, DAX 30 et CAC 40), les marchés actions européens ont encore progressé de 8 % entre 2010 et 2011 sur les quatre premiers mois de l’année, selon ce classement réalisé à partir de données Fidessa Fragmentation Index/Fidessa Fragulator. On note que les volumes ont progressé de 16 % sur l’EuroStoxx 50 (à 1.996 milliards), où l’évolution des parts de marché se stabilise entre plates-formes « traditionnelles » (malgré les baisses d’Euronext et Mercado Continuo) et plates-formes de négociation alternatives (MTF). Plus symbolique : la progression des « marchés opaques » qui dépassent souvent les 45 %. Une étude menée par l’Association européenne des marchés financiers (AFME) a récemment contesté l’évaluation de la part des marchés OTC (de gré à gré) autour de 40 %, l’estimant plutôt autour de 16 % sans les doubles comptages. Mais son calcul, dans le cadre du débat sur le futur statut des systèmes d’appariement internes aux banques d’investissement (crossing networks), portait seulement sur les données de neuf courtiers...

Euronext Paris en souffrance

Le MTF Chi-X, qui a pleinement profité de la « fragmentation des marchés » depuis la mise en place de la directive MIF (Marchés d’instruments financiers), détient encore entre 9 % et 14 % de parts de marché selon les indices, et même entre 17 % et 27 % des échanges « transparents ». Sur le FTSE 100, où le London Stock Exchange (LSE) peine avec 30 %, Chi-X marque un peu le pas, après plusieurs années de progression, au bénéfice des Bats Europe, Turquoise, voire Equiduct et de certainsdark poolset marchés OTC.

Le DAX 30 illustre un marché allemand plus équilibré, avec une Deutsche Börse résistante à la progression des MTF qui grignotent plutôt sur les parts de l’OTC. Sur le CAC 40 enfin, Euronext Paris souffre, de même que Chi-X devant les progressions de Turquoise, d’Equiduct et de l’OTC.

A lire aussi