Une bouffée d'oxygène pour la dette grecque

le 15/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Psi. La Grèce a enfin trouvé un accord avec ses créanciers privés sur l’échange d’obligations contre de nouveaux titres. Les créanciers privés perdront 74 % de la valeur des anciens titres. En tenant compte de l’activation des clauses d’action collective (CAC), les détenteurs de 95,7 % des 177 milliards d’euros d’obligations relevant du droit grec participeront à l’échange. Ce résultat autorise le déblocage du deuxième plan de sauvetage de la Grèce (d’un montant de 130 milliards), qui doit permettre notamment d’honorer des dettes arrivant à échéance le 20 mars prochain et d’éviter un défaut de paiement. L’échange consenti par le secteur privé va réduire la dette publique du pays de 105 milliards d’euros. Reste que l’hypothèse d’une réduction du ratio d’endettement à 120 % du PIB en 2020 (après 170 % en 2012) est loin d’être acquise avec une récession qui se prolonge et un dénominateur (le PIB) qui se réduit rapidement. L’activation des CAC a amené l’Isda (International Swaps and Derivatives Association) à décréter que l’échange représentait un évenement de crédit. L’exposition notionnelle nette sur les CDS (credit default swaps) est estimée à 3,23 milliards d’euros.

A lire aussi